Retrouvailles

Retrouvailles

J’ai retrouvé Bleue il y a peu. Nous avions été amants par le passé mais nous étions alors en couple à tour de rôle, d’abord elle alors que j’étais célibataire puis une fois seule c’est moi qui commençais une nouvelle histoire de mon côté… nous nous étions plus dès le premier regard mais les vicissitudes de la vie avaient fait que nous ne nous étions jamais engagés dans une véritable histoire ensemble. Nous avions vécu des moments merveilleux tels deux adolescents découvrant leurs premiers émois sentimentaux et avions donc été amants. Mais je lui avais préféré une autre histoire qui au final s’avéra sans issue. Je repris contact avec Bleue et sentis lors de nos nouveaux échanges qu’elle ne m’avait pas oublié et rapidement je lui ai proposé une rencontre. Elle accepta et nous nous sommes vus une première fois, retrouvant les émois de nos débuts, puis une seconde fois lors de laquelle nous nous sommes embrassés… notre histoire connaissait un nouveau commencement…

Nous nous sommes vus une troisième fois, un pique-nique organisé sur un terrain appartenant à ses parents, un terrain retiré du monde, au bord d’une petite rivière aux eaux placides…

Nous avons déjeuné puis Bleue a installé une couverture à l’ombre d’un arbre sur lequel nous nous sommes allongés et enlacés. Ainsi lovés l’un contre l’autre nous avons commencé à échanger de timides baisers. De timides nos baisers sont devenus de plus en plus langoureux et fougueux… nos mains ont commencé à parcourir le corps de l’autre, passant dès que possible sous les vêtements à la recherche du contact direct de la peau. Je savais que nous ne pourrions pas faire l’amour pour raison de cycle féminin mais l’embrasser et caresser son corps avait éveillé mon désir pour elle. Je caressais son dos sous son vêtement, ma main s’attardant longuement au creux de ses reins et s’immisçant en haut de ses fesses. L’excitation nous gagnait peu à peu. Nous nous couvrions tour à tour le visage de baisers, du cou jusqu’au front. Lorsque, tout en caressant ses fesses magnifiques d’une main hasardeuse, ma bouche a happé le lobe de son oreille et que ma langue s’en est longuement délectée j’ai senti le souffle de Bleue se modifier… son excitation montait d’un degré supplémentaire… quant à moi, mon érection était pleine et entière…

Bleue écarta son oreille de mes lèvres et m’embrassa. Sa main se glissa à l’intérieur de mon bermuda sous lequel je ne portais rien et partit à la découverte de mes fesses. Après de longues caresses, elle sortit sa main pour vérifier l’effet qu’elle produisait sur moi : elle plaqua cette main sur mon entrejambe et, à travers le tissu, elle pu constater toute l’excitation que ses baisers et caresses me procuraient. Elle s’empara fermement de la bosse qu’elle avait provoqué sous mon bermuda et massa mon sexe tendu contre le tissu. J’étais aux anges…

Après un temps Bleue me fit allonger sur le dos, torse nu. Reposant sur un coude pour être dans une position plus élevée que moi elle commença par m’embrasser en caressant mon torse et mon ventre. Sa main se glissa vers mon bas-ventre puis sous mon bermuda ; son regard plongea dans le mien comme pour capturer mes réactions au moment où ses doigts entrèrent en contact avec mon sexe. Bleue se fit d’abord hésitante, effleurant mon érection du bout des doigts, frôlant mon gland, puis soudainement, sans aucun signe avant coureur de sa part m’annonçant son intention malgré son regard vrillé au mien, sa main s’empara fermement de ma virilité! Mon corps se cambra sous cet assaut inattendu alors qu’au même instant un sourire illuminait son visage… elle avait entreprit de me conquérir…

Sa main joua savamment à faire monter progressivement mon excitation. Elle excita longuement mon sexe, tantôt le caressant doucement, tantôt le masturbant fermement, prenant mes bourses pour les masser, titillant du bout de son index mon méat d’où perlait une goutte de plaisir qu’elle étalait sur mon gland…

Puis nous nous sommes retrouvés à genoux face à face et Bleue ouvrit le bouton de mon bermuda et en descendit la fermeture éclair, libérant mon sexe dur et tendu, avide de ses caresses. J’étais à genoux devant elle, les jambes écartées, le corps légèrement rejeté en arrière et calé sur mes deux mains, le bas-ventre en avant… j’étais offert et je bandais comme rarement une femme ne m’avait fait bander… je regardais cette femme superbe qui provoquait chez moi ce désir fou, dans l’attente de la suite… elle me regardait également et son sourire illumina à nouveau son visage lorsqu’elle avança la main, prit mon sexe et commença ses va-et-vient. De son regard souriant émanait la promesse de la jouissance à venir. J’y lisais autre chose qu’une simple envie de me donner du plaisir, quelque chose de plus profond, et cela me plu énormément, mais peut-être mon interprétation était-elle erronée… toujours est-il que l’effet de son regard, de son sourire et de sa main allant et venant le long de mon membre me rendaient fou de désir. Elle me fit enlever mon bermuda et je repris la même position, offert à ses caresses, l’une de ses mains massant mes bourses dures et gonflées tandis que l’autre me masturbait… toujours son regard plongé dans le mien, ne sachant ce qu’elle pouvait lire en moi, du plaisir assurément, et peut-être autre chose de plus profond… Elle continua à me masturber ainsi un long moment, au grand jour, alors que de la parcelle voisine nous parvenaient les bruits et conversations de gens venues eux aussi profiter de cette journée ensoleillée d’une manière toutefois beaucoup plus conventionnelle que la nôtre… les savoir là, juste de l’autre côté d’une haie touffue, alors que Bleue me masturbait en massant mes testicules, m’excitait au plus haut point : mon sexe était dur comme rarement il l’avait été et je mouillais abondamment dans la main qui allait et venait… puis au bout d’un temps nous nous sommes allongés côte à côte…

Nos lèvres se sont jointes à nouveau et sa main retrouva le chemin de mon sexe. De mon côté j’avais glissé une main sous sa jupe et dans sa petite culotte pour caresser ses fesses fermes et douces. Mes caresses semblaient lui plaire. Je hasardai un doigt entre ses fesses et le fis descendre le long de sa raie jusqu’à son orifice le plus intime… je vis à son visage et à l’ondulation de son corps que cela lui plaisait, son excitation augmentant au rythme de mes caresses. J’entrepris alors de câliner sans retenue son anus et elle cessa rapidement de me caresser pour s’installer à califourchon sur moi. Je relevai sa jupe et elle se frotta contre moi, à travers sa culotte en dentelle, sur mon sexe tendu. Je glissai mes mains sous sa petite culotte pour masser ses fesses sans omettre de titiller de mes doigts inquisiteurs son anus, allant parfois jusqu’à en forcer légèrement l’entrée…

Les baisers fougueux que nous échangions se firent de plus en plus haletant pour Bleue dont je sentais le plaisir s’intensifier au fur et à mesure de ses va-et-vient contre mon érection. Mes mains étaient elles aussi parties prenantes de son plaisir en parcourant ses fesses en tous sens. Sentir la dentelle aller et venir, frotter contre ma bite, m’excitait au plus haut point mais j’étais intégralement dans le contrôle de moi-même tant je voulais lui donner du plaisir. Son visage finit par s’écarter du mien sous l’effet du désir augmentant, sa tête rejetée en arrière, et, lorsque je sentis qu’elle allait jouir, je l’enserrai fort dans mes bras et contemplai son délicat visage aux traits modifiés par le plaisir… j’avais vaillamment répondu à ses assauts et remporté une belle bataille… elle avait joui malgré l’impossibilité de la pénétrer…

Bleue se ressaisit rapidement et, glissant à côté de moi, elle me prit une nouvelle fois dans sa main. Mon excitation était toujours bien présente mais mon sexe avait molli. Elle me branla jusqu’à ce que je bande à nouveau et parvint vite à ses fins. Lorsqu’elle fut satisfaite de mon érection elle approcha son visage de ma bite que sa main tenait bien tendue vers le ciel… allait-elle me prendre dans sa bouche? Ses lèvres s’approchèrent davantage et finirent par enserrer mon gland. Elle ne me suça que brièvement, se contentant juste de savourer mon gland entre ses lèvres, mais cette fellation fut pleine de promesses d’autres fellations à venir… et sa bouche délaissa très vite ma bite. Bleue m’embrassa tandis que sa main reprenait ses va-et-vient sur mon membre. Son visage s’écarta du mien et je sus à son regard souriant que plus rien ne l’empêcherait de me mener au plaisir… je sentis sa main serrer ma bite plus fort et accélérer ses va-et-vient… mon corps se cambra de plus en plus, le plaisir s’intensifiant, suivant le rythme de la main de Bleue dont le regard ne me quittait plus… elle me fit jouir avec une rare intensité… mon éjaculation fut terrible, mon corps parcouru de spasmes puissants accompagnant chaque giclée de sperme qui se répandait sur mon ventre et sur sa main… lorsque je rouvris les yeux son regard souriant était toujours posé sur moi, un regard à la fois bienveillant et coquin, semblant me dire combien elle était ravie de la jouissance qu’elle m’avait procuré… j’étais conquis…

Plus tard nous rentrâmes chez Bleue et, après une brève collation en guise de dîner, elle me mena à sa chambre. Là nous nous embrassâmes longuement debout à côté du lit. Elle me dévêtit lentement puis s’agenouilla devant moi. Relevant la tête vers moi pour capter mon regard elle s’empara de ma queue dressée et se mit à me masturber lentement. J’étais à nouveau très excité et mon érection me parut particulièrement dure et tendue. Après un petit moment passé à me branler divinement elle posa ses lèvres autour de mon gland et fit glisser lentement ma bite toute entière dans sa bouche. La fellation qu’elle me prodigua me rendit très vite fébrile et tremblant et Bleue m’invita alors à m’allonger sur son lit où elle vint s’installer entre mes jambes ouvertes. Elle prit à nouveau ma bite dans sa main et me branla tout en dégustant mon gland. Elle n’eut pas besoin d’œuvrer bien longtemps pour sentir mon excitation augmenter au rythme des mouvements incontrôlés de mon bassin et à mes gémissements de désir. Elle accéléra les va-et-vient de sa main en me pompant avidement jusqu’à ce que je ne puisse plus résister. Le plaisir me submergea et je jouis, emplissant sa bouche de mon sperme. Elle écarta son visage de ma bite et me fixa droit dans les yeux avec un sourire plein de ravissement sur les lèvres…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :